Beaucoup plus que les lois de la Divine Proportion, le bonheur ou la vicissitude sont à l'origine des variations du corps humain.